Notre hôtel ouvre le 18 juin 2020 - nous nous réjouissons de votre visite
Cliquez ICI pour obtenir des informations sur l'hôtel et notre destination

Les chambres peuvent désormais être réservées dans la section "Réserver".

Portrait et statue de Michail Ignátieff

 

Les sons de son instrument triangulaire ont résonné dans les salles de l'Hôtel International au Lac et sur les scènes les plus célèbres de notre région, puisque "Micha" a été à plusieurs reprises l’invité de Alice Schmid-Disler et de Giulio Schmid à Lugano.

Né en 1910 à Saint-Pétersbourg, d'origine russe, il vit en Allemagne depuis 1918. En 1927, il fait ses débuts. A partir de 1931, il entame une carrière sans précédent qui l'amène à rencontrer, entre autres, F. Schaljapin. En 1935, il a enregistré son premier disque, en 1936, il était devant une caméra à Berlin pour la première fois. Les concerts, la radio, la télévision et les disques ont confirmé l'artiste comme le principal artiste de balalaïka dans le monde occidental pendant des décennies. Ignátieff a écrit une "école artistique de balalaïka" et a encouragé - en plus de ses compositions - les compositeurs contemporains à créer de la littérature de balalaïka. Michail Ignátieff est mort en 1991 à Hambourg.

 

Michail Ignátieff

 

La Balalaïka
La Balalaïka chromatique telle que nous la connaissons aujourd'hui a environ 100 ans. Il a été perfectionné à la fin du XVIIIe siècle par Vassily Adréieff à partir de l'ancien instrument folklorique russe et l’a introduit dans les salles de concert et à la cour de Saint-Pétersbourg. Valerian Schumakóff, Nikolai Sinkowsky et Michail Ignátieff ont assuré la diffusion de l'instrument national russe à l'Ouest. Mikhail Ignátieff a introduit la balalaïka comme instrument de concert soliste dans les salles de concert d'Europe occidentale et a écrit une "Ecole de Balalaïka Artistica", qui a été publiée en allemand, en anglais et en russe. Les trois cordes de la balalaïka, une corde d'acier et deux cordes de nylon, sont frappées directement avec les doigts, tout comme sur la harpe, le luth ou la guitare. Cela rend le son noble et capable de modulation.

Michail Ignátieff sur Wikipedia